ACTIVITÉ PHYSIQUE ET LYMPHOME : LA RECHERCHE COURT APRÈS LES PREUVES

Chaque cancer est différent” entend-t-on souvent. Le lymphome, maladie qui touche 11 000 personnes chaque année, semble bien moins documenté que les cancers plus “courants” comme le sein ou la prostate, en matière d’activité physique. Pour le Lymphom’Action, le magazine trimestriel de France Lymphome Espoir, publié en juillet 2018, nous avons réalisé un dossier complet. Penchons nous d’abord sur la recherche. En matière de cancérologie, les études foisonnent sur l’importance de l’activité physique sur le bien-être des patients pendant et après leurs traitements. En matière de lymphome, la recherche avance plus lentement. Si le professeur Fabrice Jardin et son équipe du centre Henri-Becquerel, à Rouen, ont montré l’importance de la masse musculaire dans la survie des patients, des études restent à mener en hématologie. Il s’agit notamment de valider l’hypothèse suivante : l’activité physique permet-elle de diminuer le risque de récidive ?

 

“Vous avez un lymphome ? Faites du sport !” Le message aurait de quoi déboussoler plus d’un patient, tant l’idée reçue que “lymphome = repos” est encore répandue. Pourtant, c’est à peu près ce que l’on entend depuis quelques mois au service hématologie de Becquerel à Rouen. En mars 2018, le centre anti-cancer a rejoint ceux de Saint-Louis, Gustave-Roussy, Grenoble, Nice, Nîmes, Clermont-Ferrand ou encore la Pitié-Salpêtrière, dans la nouvelle famille des services hématologie les plus “sportifs”. En lien avec la fédération nationale Cami sport et cancer, fondée par l’oncologue Thierry Bouillet et l’ancien karatéka Jean-Marc Descotes, un coach diplômé vient donner des cours aux patients hospitalisés plus de deux semaines, directement dans leur chambre. On parle alors davantage d’activité physique (AP) que de sport à proprement parler. La notion de performance est ici complètement oubliée et chaque dépense énergétique, même à faible intensité, peut s’avérer bénéfique.

“Ce sont eux qui sont venus nous trouver”, rembobine Fabrice Jardin, chef du département hématologie clinique du centre normand. Ce n’est pas une surprise quand on sait que ce service, notamment connu pour travailler sur les biopsies liquides – ces détections de lymphome par une simple prise de sang – a été à l’avant-garde de la recherche en matière de fonte musculaire. Marathonien à ses heures perdues, celui qui se dit “convaincu des bienfaits du sport” a pu bénéficier d’une bourse de France Lymphome Espoir pour développer son étude visant à mettre en lumière l’importance de la masse musculaire dans le pronostic de survie des patients. La méthode, il la raconte :

“Nous avons évalué la masse musculaire des patients avec un lymphome diffus à grandes cellules, grâce aux scanners réalisés pendant les bilans de la maladie. Cette surface musculaire peut varier en fonction de l’âge, de la pratique d’AP ou encore du sexe. Quand on a une baisse de cette surface musculaire, on parle de sarcopénie. La maladie et l’inflammation produite par la maladie peuvent aussi participer à cette fonte. Ce que l’on a montré, c’est que ce déficit musculaire s’associe à un plus mauvais pronostic chez les patients atteints de sarcopénie.”

L’étude montre notamment qu’avec une masse musculaire insuffisante, la probabilité de survie d’un patient diminue de près de 15 %. À cela s’ajoutent une “moins bonne réponse aux traitements et un impact sur la maladie plus grand”, détaille l’hématologue. Les chercheurs expliquent que c’est le lymphome qui va créer une inflammation, elle-même responsable directement de la fonte musculaire des patients.

 

UN IMPACT IMPORTANT SUR LA SURVIE

Confirmés par plusieurs autres publications, les résultats de cette étude laissent donc penser que pratiquer une AP peut améliorer l’efficacité des traitements et augmenter la probabilité de survie des patients. “Avec l’AP, il peut y avoir une réversibilité des choses. On peut stopper la fonte musculaire.” Un espoir de taille pour des patients parfois sonnés par l’annonce d’un diagnostic de lymphome, ou encore par des traitements lourds. Fabrice Jardin le confesse : “C’est à nous de faire attention à ce que les traitements ne soient pas trop délétères et permettent aux gens de bouger. S’ils sont bloqués au lit, cela va engendrer une grosse fonte musculaire.” Il cite alors une étude publiée cette année et portant sur 5 000 patients américains et allemands atteints de cancers et de lymphomes, qui démontre que la survie était meilleure (+ 36%) quand ces derniers avaient pratiqué une AP de 4 heures par semaine avant et pendant leur prise en charge.

Marie-Françoise participe à une séance de marche nordique façon médiété avec Julien Gendre, responsable de l’antenne calvadosienne de la Cami.

Largement étudiée en cancérologie, l’AP aurait également un impact bénéfique sur la fatigue pour les patients atteints de lymphomes. Présentée en 2011 dans le European journal of hematology, une étude menée par des chercheurs de Cologne (Allemagne) ont démontré que la pratique d’une AP sur des patients subissant de la chimiothérapie dans le cadre d’une greffe de cellules souches, leur permettait d’être plus endurants, moins fatigués et en meilleur état émotionnel, “sans présenter de risque supplémentaire pour l’individu”. S’essouffler en faisant du sport permet donc d’être moins fatigué. “Le bénéfice est certain”, insiste Fabrice Jardin, qui a déjà pu le constater au terme des premiers mois de cours de l’enseignant de la Cami à Becquerel. Comment expliquer ce bienfait pourtant contre intuitif ? Pour Stéphanie Ranque-Garnier, spécialiste de la douleur à l’hôpital de la Timone, à Marseille, “ce sont les myokines, des molécules produites par les muscles, qui vont lutter contre d’autres molécules, les cytokines inflammatoires, responsables de la fonte musculaire et de la fatigue.  Elles ne sont produites que par contraction musculaire et ses bienfaits ne durent pas plus de 72 heures, c’est pourquoi il faut une dose de contraction, d’au moins 30 minutes, cinq fois par semaine.”

 

UN MANQUE DE MISES EN APPLICATION

Ce sont ces études scientifiques encourageantes qui ont convaincu le service hématologie de Becquerel, et bien d’autres en France, de proposer ces programmes AP avec la Cami, à chaque patient hospitalisé pour une longue période. En consultations, le sujet est même souvent évoqué. “C’est dans l’ère du temps, croit savoir Fabrice Jardin, depuis que les bénéfices ont été largement montrés dans les cancers du sein ou du côlon”. Pour les lymphomes, “on a un peu de retard”, concède le chef de service qui regrette “le manque d’études de mise en application.”

Cette prise de conscience récente devrait apporter des réponses plus concrètes d’ici une dizaine d’années. Ce qui ne suffira pas à combler le retard scientifique vis-à-vis de la recherche sur les cancers du sein ou du côlon, par exemple. Car le lymphome met en jeu des mécanismes différents.

“Avec les hémopathies comme le lymphome, on a souvent des douleurs osseuses qui limitent la mobilité. Les patients sont parfois confinés en chambres stériles, des thérapies avec des corticoïdes peuvent participer à la fonte musculaire. Les patients sont souvent anémiques, ils manquent de globules rouges et ont les sensations des alpinistes en haute montagne : ils manquent d’air. Bref, il y a probablement plus de freins pour pratiquer avec le lymphome.”

Pour autant, aucune étude ne laisse à penser que la pratique serait moins bénéfique que dans les cancers les plus fréquents.

Dans de telles pathologies, la recherche indique que même des exercices à basse intensité peuvent provoquer des bénéfices importants sur la fatigue, la douleur, les effets secondaires des traitements, la qualité de vie, l’estime de soi ou encore la cardiotoxicité des traitements, comme l’indiquait l’Institut national du cancer dans un rapport publié en 2017. Des hypothèses sur la baisse conséquente du risque de récidive (près de 30 % pour le cancer du sein) sont avancées, mais doivent être confirmées et étendues au lymphome. L’espoir est permis. D’autant qu’il n’y a nul besoin d’être un grand sportif pour ressentir des bienfaits immédiats. À l’hôpital de la Timone, Stéphanie Ranque-Garnier indique avoir effectué des travaux avec des patients alités, en soins palliatifs : “Ils bougeaient simplement les bras, en faisant des exercices simples pendant plusieurs minutes. Pourtant, l’impact sur leur perception de la fatigue était réelle.” Désormais, plus d’excuses pour laisser les baskets au placard !

 

[ POUR ALLER PLUS LOIN ] Qu’est-ce qu’un pôle anti-cancer ?

Dans les hôpitaux qui le proposent, les patients hospitalisés pour une période longue peuvent bénéficier de cours de thérapie sportive développés par la fédération Cami. Ces cours se déroulent soit en chambre en hématologie, soit dans un espace dédié, regroupant entre 10 à 12 personnes maximum, en oncologie. Le coach est titulaire d’un diplôme universitaire “sport et cancer” développé par la Cami depuis 2009 à l’université de médecine de Paris 13. Pendant 4 à 6 semaines, les patients soignés en hématologie peuvent bénéficier de ces cours à raison de 2 séances par semaine. Des cours pris en charge par l’hôpital ou des associations spécialisées. Voici la liste des services “hématologie” qui ont ouvert un pôle sport et cancer :

– Paris 10e (75) : hôpital Saint-Louis
– Paris 12e (75) : hôpital Armand-Trousseau
– Villejuif (94) : centre Gustave-Roussy
– Nice (06) : centre Antoine-Lacassagne
– Clermont-Ferrand (63) : hôpital Estaing
– Rouen (76) : centre Henri-Becquerel
– Grenoble (38) : hôpital Michallon

Cette liste est amenée à s’agrandir. Pour plus d’informations ou pour contacter les représentants dans chaque hôpital, rendez-vous sur le site Internet de la Cami.

 

 

LA SUITE DU DOSSIER

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.