LA STRATÉGIE NATIONALE “SPORT SANTÉ” PREND FORME

Depuis le début de son mandat, la ministre des Sports, Laura Flessel, semble déterminée à s’engager dans le sport au service de la santé. Après avoir visité plusieurs hôpitaux de la région parisienne fin mars, elle a donné quelques indications sur sa stratégie nationale, en collaboration avec le ministère de la Santé. La prescription d’activité physique pourrait notamment être étendue aux personnes hors ALD.

 

Ce serait une question de jours. Alors que la ministre de la Santé a dévoilé son plan priorité prévention, l’accent a été mis sur la nutrition et l’activité physique, dès le plus jeune âge. Rien, en revanche, n’a été précisé concernant la prescription d’activité physique sur ordonnance, qui fait déjà l’objet d’une loi et d’un décret d’application depuis mars 2017. Et pour cause, selon la secrétaire d’État Geneviève Darrieussecq, interrogée par un député lors des questions orales au gouvernement le 20 février, “concernant l’aide à la prescription et à la dispensation d’activité physique par les médecins traitants, nous attendons les recommandations de la Haute autorité de santé, qui doivent être rendues à la fin du premier trimestre 2018”. Les résultats de ces recommandations devraient donc donner lieu à un plan d’action du gouvernement concernant le sport santé.

 

VERS UNE PRESCRIPTION POUR TOUS

Quelques pistes ont cependant déjà été évoquées par Geneviève Darrieussecq, interrogée par Jean-Bernard Sempastous, député des Hautes-Pyrénées, qui se plaignait du manque d’appels à projets du gouvernement concernant l’activité physique. “Une proposition a été faite dans le cadre des JO 2024. Nous sommes sur une offre accessible à tous, ainsi que la mise en place d’une prescription d’activité physique pour des personnes en ALD”, répondait la secrétaire d’État en charge des armées. Le dispositif devrait prendre en charge 5 % des patients en ALD la première année, et 15 % d’entre eux au bout de 3 ans, ce qui représente 1,5 millions de personnes.

Comment y parvenir ? C’est tout l’objet de la “stratégie nationale sport et santé” qui serait dans les cartons, et proposée par Laura Flessel “en étroite collaboration avec Agnès Buzyn”, insiste le ministère des Sports. Une stratégie qui viendrait remplacer le plan national “Sport Santé Bien-Être”. La refonte vise à augmenter le nombre de Français ayant une activité sportive. La ministre des Sports table sur trois millions de pratiquants en plus d’ici la fin de son quinquennat. Les patients souffrants d’une ALD, ainsi que les personnes âgées, seront également concernées par ce dispositif. Interrogée par Malades de sport à Strasbourg lors des assises du Sport santé sur ordonnance, “la Guêpe” avait précisé son souhait de créer 500 maisons sport santé, regroupant des acteurs du monde du sport et de la santé, et permettant de pratiquer avec des professionnels, notamment en utilisant la réalité virtuelle. L’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité, financé par le ministère des Sports, travaille sur une évaluation des actions sport santé dans le territoire.

Enfin, dans le cadre du projet de loi mobilité, le gouvernement veut aller plus loin que la loi de modernisation du système de santé, en ouvrant la prescription d’activité physique aux personnes hors ALD. L’idée est d’encourager ” la pratique régulière de la marche et du vélo” précise, sourire aux lèvres, Geneviève Darrieussecq. Comme lors des précédentes commissions des affaires sociales, rien n’a en revanche été évoqué concernant la prise en charge des prescriptions médicales.

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire