RECONFINEMENT : CE QUE PEUVENT FAIRE LES PATIENTS POUR BOUGER

Temps de lecture : 3 minutes

 

Chez nous, 1er novembre 2020

 

 

Comme lors du premier confinement, il n’est pas toujours facile de savoir ce qu’il est possible de faire ou non concernant l’activité physique. Si la population générale est limitée à pratiquer dans le format 1h/1km de rayon autour du domicile, les personnes munies d’une prescription médicale ne sont pas soumises aux mêmes règles. On fait le point.

 

Beaucoup de professionnels du sport et de la santé se posaient la question, mais oui, ils vont pouvoir continuer à exercer leur activité pendant le confinement, dans l’intérêt des malades.

C’est ce qu’à précisé la ministre déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu, lors d’une allocution à l’Assemblée nationale le 28 octobre : « Nous sommes en confinement et nous limitons au maximum nos interactions sociales. Toutefois, la pratique sportive est essentielle pour le bien-être physique et moral des adultes comme des enfants. C’est la raison pour laquelle elle pourra continuer à être exercée dans certaines conditions. » La ministre précisait également que l’ensemble des établissements sportifs recevant du public, en plein air comme couverts, étaient fermés jusqu’au 1er décembre.

 

QUELS PUBLICS ?

Toutefois, dans le décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020, des précisions ont été apportées concernant les pratiques d’activité physique de certains publics. Sont donc autorisées à utiliser ces infrastructures :

  • Les scolaires et les accueils périscolaires
  • Les étudiants Staps
  • Les personnes en formation continue ou professionnelle
  • Les sportifs professionnels et toutes les populations accréditées dans le cadre des activités sportives à caractère professionnel
  • Les sportifs de haut niveau et espoirs
  • Les personnes pratiquant sur prescription médicale
  • Les personnes en situation de handicap

La ministre précisait par ailleurs : « J’en appelle aux élus des collectivités, aux maires, pour qu’ils permettent l’accès à ces équipements pour les publics prioritaires dès lors que les protocoles sanitaires renforcés et que la limitation des interactions seront garantis. »

En effet, l’ouverture des équipements sportifs n’est pas automatique. Des créneaux spécifiques sont (ou seront) mis en place pour accueillir les publics cités. Nous invitons les personnes concernées à questionner au plus vite le service des sports ou l’intercommunalité qui gère les équipements près de chez eux.

Pour sortir en toute sécurité, le ministère des sports a établi des attestations spécifiques pour les pratiquants  et pour les enseignants APA ou encadrants.

 

 

QUID DES SALLES DE SPORT ?

Ne faisant pas partie des commerces dits « essentiels », les salles de sport classiques sont fermées jusqu’à nouvel ordre. Toutefois, là encore, les malades munies d’une prescription ou les personnes handicapées peuvent se rendre dans des salles privées pouvant les recevoir. Il en existe un certain nombre. Pour les connaître, vous pouvez vous renseigner auprès des Maisons sport-santé de votre département.

 

À DOMICILE, EN VISIO OU EN GROUPE

Les professionnels pouvant encadrer les publics en ALD ont l’autorisation de poursuivre leurs activités soit dans les salles des Maisons sport-santé, soit dans les salles des sociétés privées évoquées ci-dessus. Les professionnels comme les kinés, ergothérapeutes et surtout les Enseignants en activité physique adaptée (EAPA) peuvent toujours se rendre à domicile chez des patients munis d’une prescription. Une sécurité pour celles et ceux qui, en traitement, veulent minimiser les risques de contamination, surtout en période de traitement.

Depuis le premier confinement, plusieurs structures proposent de faire de l’activité physique en visio-conférence. Une manière de garder un lien avec un groupe et de pratiquer sous le regard d’un professionnel formé.

Mardi 3 novembre, le ministère des sports a confirmé qu’il était possible de pratiquer une séance d’APA en groupe, comme c’était le cas avant le confinement. Le détails des applications public par public et structure par structure est à retrouver ici.

Pour tous les patients (en pré-traitement, en cours de traitement ou en post-traitement) souhaitant débuter ou poursuivre une activité physique adaptée, il est nécessaire d’avoir une prescription médicale. N’hésitez pas à en parler à votre médecin prescripteur pour cela.

Mise à jour : Lundi 2 novembre 2020, la Société Française des Professionels en activité physique adaptée (SFP-APA) a établi une « Note d’information quant à l’application des décisions sanitaires pour les Enseignants en Activité Physique Adaptée et leur pratiquant ».

 

Dans quelques jours, nous publierons un article listant plusieurs structures proposant des solutions adaptées pour bouger pendant le confinement, avec des retours de patients.